mercredi 26 mai 2010

Catharina van Hemessen


En dehors de Levina Teerlinc, on pouvait trouver aux Pays-Bas, de nombreuses femmes peintres au XVIe siècle. Surtout à Anvers. Albrecht Dürer raconte dans son "Journal de voyage aux Pays-Bas" comment il achète une enluminure à une certaine Susanna Gerhard, fille de l'enlumineur Gerhard, tant il est frappé (lui, le grand maître!) par le talent de cette jeune fille. Il ne nous reste rien de cette Susanna Gerhard, pas même l'enluminure achetée par Albrecht Dürer. On ne sait pas non plus ce que sont devenues les oeuvres de toutes ces flamandes qui ne signaient souvent pas leurs peintures. On suppose que bon nombre d'oeuvres signées par les pères ayant eu des filles pour leur succéder proviendraient d'elles. En tant que disciples, elles cédaient au maître cet honneur, sauf Catharina van Hemessen qui non seulement signait en toutes lettres mais écrivait "Caterina de Hemessen pingebat (peignit en) 1548", en surtitre de ses toiles plus un commentaire en latin. Ici : son autoportrait avec sa signature en toutes lettres et l'inscription "Beatis sua es?".

5 commentaires:

  1. Excellente idée de ramener à notre mémoire ces femmes de talent, injustement effacées de l'histoire. Quel gâchis, cela aura été finalement.

    RépondreSupprimer
  2. Elisabeth F.-B.29 mai 2010 à 16:23

    Elle semble lasse, comme consumée par un labeur incessant. Elle est frêle, les yeux las, cernés. On voudrait entrer en son âme, percer le secret de ce regard qui aurait trop vu - ou trop regardé.

    RépondreSupprimer
  3. à Hypathie : très peu de femmes font l'objet de commémorations, très peu d'oeuvres d'artistes féminines décédées sont recueillies dans des catalogues, très peu d'oeuvres féminines servent à réaliser des calendriers d'art, très peu...etc...et les quelques unes qui ont ces honneurs sont celles que je qualifie d' "alibis" pour faire croire d'une part que l'homme n'oublie pas les femmes et d'autre part qu'elles sont très peu à mériter d'être ainsi honorée.Double mensonge.
    à Elisabeth : oui, c'est vrai ! Je n'avais absolument pas remarqué !

    RépondreSupprimer
  4. Oui, effectivement je réalise avec votre article que l'on a jamais trop entendu parler de femmes "grands peintres"... il devait pourtant y avoir de très bonnes artistes mais leurs oeuvres sont restées méconnues... à moins qu'il était peut-être mal vu de peindre lors des siècles passé, les femmes devaient se contenter de faire de la tapisserie ???????

    RépondreSupprimer
  5. A Fille du Midi : de la tapisserie, de la dentelle et surtout elles devaient "filer doux" au sens propre. "Femme" était d'ailleurs synonyme de "quenouille". "Tombé en quenouille" voulait dire "tombé aux mains d'une femme". Les femmes étaient officiellement considérées comme des créatures inférieures. Aujourd'hui, elles le sont officieusement.

    RépondreSupprimer