vendredi 31 mai 2013

Montaigne, Marie Stuart, Fénelon, La Bruyère, etc, ce qu'illes ont dit sur les femmes

Alfred Stevens – Maria Magdalena
(Alfred Stevens Maria Magdalena, 1887)

Montaigne à propos des femmes :

"La doctrine qui ne leur a pu arriver en l'âme, leur est demeurée en la langue"

Si les femmes veulent s'instruire, Montaigne leur abandonne la poésie, «art folastre et subtil, desguisé, parlier, tout en plaisir, tout en montre, comme elles

"A l'adventure est ce la cause que et nous et la théologie ne requérons pas beaucoup de science aux femmes, et que François, duc de Bretaigne, fils de Jean V, comme on luy parla de son mariage avec Isabeau, fille d'Escosse, et qu'on luy adjousta qu'elle avoit esté nourrie simplement et sans aulcune instruction de lettres, respondit, «qu'il l'en aymoit mieulx, et qu'une femme estoit assez sçavante quand elle sçavoit mettre différence entre la chemise et le pourpoinct de son mary"

On dirait du Polanski !

Marie Stuart était très instruite :

prononçant en plein Louvre, devant la cour assemblée, cette harangue latine  qu'elle avait composée elle-même; «soubtenant et deffendant, contre l'opinion commune, dit Brantôme, qu'il estoit bien séant aux femmes de sçavoir les lettres et arts libéraux"

Le comte Joseph de Maistre était un parangon de sexisme :

«Si une belle dame m'avait demandé, il y a vingt ans: «Ne croyez-vous pas, monsieur, qu'une dame pourrait être un grand général comme un homme?» je n'aurais pas manqué de lui répondre: «Sans doute, madame. Si vous commandiez une armée, l'ennemi se jetterait à vos genoux comme j'y suis moi-même; personne n'oserait tirer, et vous entreriez dans la capitale ennemie avec des violons et des tambourins... Voilà comment on parle aux femmes, en vers et même en prose. Mais celle qui prend cela pour argent comptant est bien sotte".

Jean Bouchet avait le féminisme sélectif :

alors qu'il défend Gabrielle de Bourbon, femme de Louis de la Tremouille, contre ceux qui reprochent à la noble dame d'avoir écrit. «Aucuns trouvoyent estrange que ceste dame emploiast son esprit à composer livres, disant que ce n'estoit l'estat d'une femme, mais ce legier jugement procède d'ignorance, car en parlant de telles matières on doit distinguer des femmes, et sçavoir de quelles maisons sont venues, si elles sont riches ou pauvres. Je suis bien d'opinion que les femmes de bas estat, et qui sont chargées et contrainctes vacquer aux choses familières et domesticques, pour l'entretiennement de leur famille, ne doyvent vacquer aux lectres, parce que c'est chose repugnant à rusticité; mais les roynes; princesses et aultres dames qui ne se doyvent, pour la reverence de leurs estatz, applicquer à mesnager comme les mecaniques, et qui ont serviteurs et servantes pour le faire, doyvent trop mieulx appliquer leurs espritz et emploier le temps à vacquer aux bonnes et honnestes lectres concernans choses moralles ou historialles, qui induisent à vertuz et bonnes meurs, que à oysiveté mère de tous vices, ou à dances, conviz, banquetz, et aultres passe-temps scandaleux et lascivieux; mais se doivent garder d'appliquer leurs espritz aux curieuses questions de théologie, concernans les choses secretes de la Divinité, dont le sçavoir appartient seulement aux prelatz, recteurs et docteurs".

Fénelon est pour que l'on instruise correctement les filles mais seulement de manière à ce qu'elles aient l'air de savoir lire couramment :

«Apprenez-leur qu'il doit y avoir, pour leur sexe, une pudeur sur la science presque aussi délicate que celle qui inspire l'horreur du vice". (Dans : "De l'éducation des filles").
«Apprenez à une fille à lire et à écrire correctement. Il est honteux, mais ordinaire, de voir des femmes qui ont de l'esprit et de la politesse ne savoir pas bien prononcer ce qu'elles lisent... Elles manquent encore plus grossièrement pour l'orthographe, ou pour la manière de former ou de lier les lettres en écrivant: au moins accoutumez-les à faire leurs lignes droites, à rendre leurs caractères nets et lisibles".

Thomas témoigne :

«Les femmes sous Louis XIV furent presque réduites à se cacher pour s'instruire, et à rougir de leurs connaissances, comme dans des siècles grossiers, elles eussent rougi d'une intrigue. Quelques-unes cependant osèrent se dérober à l'ignorance dont on leur faisait un devoir; mais la plupart cachèrent cette hardiesse sous le secret: ou si on les soupçonna, elles prirent si bien leurs mesures, qu'on ne put les convaincre; elles n'avaient que l'amitié pour confidente ou pour complice...»
[Note 29: Thomas, Essai sur le caractère, les moeurs, l'esprit des femmes. 1772.

Pour La Bruyère, les femmes sont les artisanes de leur propre esclavage :

«Pourquoi s'en prendre aux hommes de ce que les femmes ne sont pas savantes? Par quelles lois, par quels édits, par quels rescrits, leur a-t-on défendu d'ouvrir les yeux et de lire, de retenir ce qu'elles ont lu, et d'en rendre compte ou dans leur conversation, ou par leurs ouvrages? Ne se sont-elles pas au contraire établies elles-mêmes dans cet usage de ne rien savoir, ou par la faiblesse de leur complexion, ou par la paresse de leur esprit, ou par le soin de leur beauté, ou par une certaine légèreté qui les empêche de suivre une longue étude, ou par le talent et le génie qu'elles ont seulement pour les ouvrages de la main, ou par les distractions que donnent les détails d'un domestique, ou par un éloignement naturel des choses pénibles et sérieuses, ou par une curiosité toute différente de celle qui contente l'esprit, ou par un tout autre goût que celui d'exercer leur mémoire? Mais, à quelque cause que les hommes puissent devoir cette ignorance des femmes, ils sont heureux que les femmes, qui les dominent d'ailleurs par tant d'endroits, aient sur eux cet avantage de moins".

Pour La Bruyère, les femmes savantes sont de beaux objets :

«On regarde une femme savante comme on fait une belle arme: elle est ciselée artistement, d'une polissure admirable, et d'un travail fort recherché; c'est une pièce de cabinet que l'on montre aux curieux, qui n'est pas d'usage, qui ne sert ni à la guerre ni à la chasse, non plus qu'un cheval de manège, quoique le mieux instruit du monde".

Pour La Bruyère, les femmes "sages" ont plus de mérite que les hommes car elles ont surmonté certains défauts (propres aux femmes, apparemment) :

«Si la science et la sagesse se trouvent unies en un même sujet, je ne m'informe plus du sexe, j'admire; et, si vous me dites qu'une femme sage ne songe guère à être savante, ou qu'une femme savante n'est guère sage, vous avez déjà oublié ce que vous venez de dire, que les femmes ne sont détournées des sciences que par certains défauts: concluez donc vous-mêmes que moins elles auraient de ces défauts, plus elles seraient sages; et qu'ainsi une femme sage n'en serait que plus propre à devenir savante, ou qu'une femme savante, n'étant telle que parce qu'elle aurait pu vaincre beaucoup de défauts, n'en est que plus sage
[Note 30: La Bruyère, Caractères, ch. III, Des Femmes.]

«Sérieusement,... y a-t-il rien de plus bizarre que de voir comment on agit pour l'ordinaire en l'éducation des femmes? On ne veut pas qu'elles soient coquettes ni galantes, et on leur permet pourtant d'apprendre soigneusement tout ce qui est propre à la galanterie, sans leur permettre de savoir rien qui puisse fortifier leur vertu ni occuper leur esprit. En effet, toutes ces grandes réprimandes qu'on leur fait dans leur première jeunesse... de ne s'habiller point d'assez bon air, et de n'étudier pas assez les leçons que leurs maîtres à danser et à chanter leur donnent, ne prouvent-elles pas ce que je dis? Et ce qu'il y a de rare est qu'une femme qui ne peut danser avec bienséance que cinq ou six ans de sa vie, en emploie dix ou douze à apprendre continuellement ce qu'elle ne doit faire que cinq ou six; et à cette même personne qui est obligée d'avoir du jugement jusque à la mort et de parler jusques à son dernier soupir, on ne lui apprend rien du tout qui puisse ni la faire parler plus agréablement, ni la faire agir avec plus de conduite; et vu la manière dont il y a des dames qui passent leur vie, on diroit qu'on leur a défendu d'avoir de la raison et du bon sens, et qu'elles ne sont au monde que pour dormir, pour être grasses, pour être belles, pour ne rien faire, et pour ne dire que des sottises; et je suis assurée qu'il n'y a personne dans la compagnie qui n'en connoisse quelqu'une à qui ce que je dis convient. En mon particulier,... j'en sais une qui dort plus de douze heures tous les jours, qui en emploie trois ou quatre à s'habiller, ou pour, mieux dire à ne s'habiller point, car plus de la moitié de ce temps-là se passe à ne rien faire ou à défaire ce qui avoit déjà été fait. Ensuite elle en emploie encore bien deux ou trois à faire divers repas, et tout le reste à recevoir des gens à qui elle ne sait que dire, ou à aller chez d'autres qui ne savent de quoi l'entretenir; jugez après cela si la vie de cette personne n'est pas bien employée!..."
(Le Grand Cyrus)

Abbé Fleury, abbé mais, apparemment, antisexiste :


"De la pédanterie de quelques femmes, on a conclu, comme d'une expérience assurée, que les femmes n'étaient point capables d'étudier, comme si leurs âmes étaient d'une autre espèce que celles des hommes, comme si elles n'avaient pas, aussi bien que nous, une raison à conduire, une volonté à régler, des passions à combattre, une santé à conserver, des biens à gouverner ou s'il leur était plus facile qu'à nous de satisfaire à tous ces devoirs sans rien apprendre".

Jeanne du Laurens à propos de son éducation genrée :

«Quant à nous autres filles qui estions jeunes, ma mère nous menoit tous-jours devant elle, soit à l'église, soit ailleurs, prenant garde à nos actions. Que si nous regardions çà et là, comme font ordinairement les enfans, elle nous souffletoit devant tous pour nous faire plus de honte...»
 

15 commentaires:

  1. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! Sagesse populaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et pour l'éternité, si possible !

      Supprimer
  2. Nos âmes,celles des femmes ou des hommes, qui prétend en savoir quelque chose?
    Bien faire et laisser dire...

    RépondreSupprimer
  3. Le propos n'a pas tellement changé depuis, la palme du déni et de la mauvaise foi revenant à La Bruyère. Comme si seules les lois pouvaient maintenir l'oppression ! Aujourd'hui, on dit sans cesse que les femmes ont obtenu l'égalité avec les hommes puisqu'elles leur sont égales dans les textes de lois (ce qui n'est pas exact), alors qu'en réalité, les femmes ne sont pas tellement moins opprimées qu'au XVII siècle. Elles ne le sont simplement pas de la même façon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dire que j'ai étudié La Bruyère et que je le trouvais génial, à l'époque ! Entre temps j'ai relu ses "Caractères" et je trouve qu'ils sont bien survalorisés. Mais oui mais quand la mâlitude misogyne écrit trois lettres sur un bout de papier, on sort la couronne de laurier !

      Supprimer
  4. Le savoir c'est le pouvoir. Il est paradoxale d'avoir interdit aux femmes d'être instruite et de pratiquer certains sports et arts et d'ensuite les critiquer car elles ne s'intéresseraient qu'aux choses "futiles" (sous-entendu trop féminin).
    Une phrase tirée d'une œuvre d'oscar Wilde, une lady "instruire les femmes est une hérésie, nous sommes déjà plus intelligentes qu'eux, il y aurait beaucoup trop de différence après." :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et c'est pareil pour le fait de se moquer d'elles parce qu'elles sont malades, cyclothymiques, dépressives, démoralisées par leur apparence, etc... Tout cela n'est que l'effet d'un traitement indigne en amont et de diktats masculins odieux.

      Supprimer
  5. http://lectures.revues.org/11592

    RépondreSupprimer
  6. http://www.sudouest.fr/2013/06/04/pays-basque-le-maitre-shaolin-depeceur-a-eu-une-tumeur-au-cerveau-1074530-7.php

    RépondreSupprimer
  7. J'ai un peu honte des deux liens que je viens de vous envoyer. Mais la réalité présente est pire que tout. Mon contre poison personnel sera d'aller passer la journée dehors dans la nature loin de tout. Pour me rassurer que le Monde actuel ce n'est pas que les deux liens ci-dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je vais aller voir ces liens, jfs47 ! Je ne tiens pas à me ruiner le moral ! ;)

      Supprimer
    2. Oui je suis d'accord avec vous, en fait il y a surtout le premier lien qui mérite qu'on s'y arrête, le second c'est un fait divers sordide qui m'a choqué parce qu'en plus il vient de quelqu'un qui pratique les arts martiaux. Je n'aurais pas dû vous l'envoyer effectivement.

      Supprimer
  8. Quel florilège ! Bravo à l'abbé Fleury.
    Bonjour Euterpe, tu vas bien ? J'espère qu'il fait beau à Berlin comme à Bruxelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, merci Tania. Je suis pas mal occupée ces temps-ci mais je n'ai pas disparu.
      Oui, il fait un temps superbe ! :)

      Supprimer