dimanche 6 novembre 2011

Roxelane, sultane ottomane

L'affaire Charlie-Hebdo semblant semer une nouvelle division entre la gauche bien pensante islamophile (cher Juan je parle de toi, oui) et ceux et celles qui défendent une presse qui à leur sens a bien le droit de dénoncer la charia (nom mais), j'ai envie de présenter une figure féminine orientale du XVIe siècle qui est encore relativement célèbre de nos jours:
Roxelane. D'origine ukrainienne (comme le mouvement féministe FEMEN), Roxelane est capturée par les Tatars lors d'un de leurs raids et est emmenée comme esclave à Istanbul en passant par la Crimée, où elle est choisie pour faire partie du harem de Soliman. Elle est jeune et combative, elle passe donc les premières années de son séjour forcé au sérail à lire et à se cultiver en attendant de s'extraire de cette situation humiliante. Son caractère bien trempé lui vaut d'être protégée par l'eunuque responsable du harem et par la mère du sultan. Un jour, elle est présentée à Soliman, travaille à gagner son affection et devient rapidement sa favorite ; elle lui donne un premier fils en 1521.
Il faut savoir que les non-favorites n'avaient pas le droit de donner de fils vivant au sultan. Pour les en empêcher, on leur interdisait de nouer le cordon ombilical de leur nourrisson mâle à la naissance, ainsi mourraient-ils.
Roxelane quant à elle fut épargnée par cette loi parce que, rompant avec les traditions, elle devint la femme de Soliman. Pour ce faire elle se convertit à l'islam, obtint ainsi son affranchissement et son émancipation par le souverain. Comme une femme libre ne devait pas avoir de relations avec un homme hors mariage, Roxelane se refusa trois jours à Soliman afin qu'il la prenne pour sa seule épouse légitime. Ce qu'il fit.

Comme la femme est vouée par l'homme à la couche, ses batailles se déroulent sur ce terrain-là mais ce n'est pas son choix à elle.

En 1541, un incendie détruisit l’ancien palais et tout le harem fut déplacé vers le nouveau palais où Roxelane se retrouva plus proche du Sultan : c’est ainsi que grâce à elle commença l'ère dite du « règne des femmes ».

Soliman voulut construire un nouveau palais, Roxelane craignant de s’y voir enfermée dans un nouveau harem, l’en dissuada et l’incita à construire une mosquée. L’architecte Sinan fut alors choisi pour la construction de la mosquée dite « Süleymaniye » à İstanbul en 1549.
Voilà comment on peut, sans être d'une ferveur religieuse extrême, faire couvrir le monde de mosquées :)

La règle de succession en vigueur chez les ottomans était la même que chez nous : le fils aîné succédait à son père.
Or le prétendant était Sehzade Mustafa le fils d'une autre épouse antérieure à Roxelane. En 1544 Roxelane utilise son influence pour que Soliman envoie son premier né en province comme gouverneur. En 1553 une fausse lettre du prince héritier au chah d’Iran lui demandant son aide pour renverser Soliman est interceptée. Mustafa se précipite chez son père pour se disculper, seul et sans arme. Soliman tue son fils le 6 novembre 1553, tout en le pleurant.
L'histoire soupçonne peu ou prou Roxelane (bien sûr) d'être l'instigatrice de cette letttre.
Néanmoins elle fut la conseillère de Soliman et son influence semble avoir été considérable sur la politique étrangère de ce dernier. Deux des lettres de cette grande femme au roi de Pologne Sigismond II Auguste ont ainsi été conservées.
L'empire ottoman (qui s'étendait jusqu'à la Hongrie) conservera des relations pacifiques avec la Pologne du vivant de Roxelane. Les ambassadeurs de l'Europe entière s'adresseront à elle et lui feront parvenir des cadeaux. Certains historiens pensent aussi qu'elle est intervenue auprès de son époux pour contrôler le trafic d'esclaves organisé par les criméens sur sa terre natale.

Je rappelle donc que le monde islamique est aussi composé de femmes. Femmes dont l'accès aux décisions sur l'avenir de leur peuple est presque encore aussi compliqué qu'en ce temps-là.

À côté des affaires politiques, Roxelane s'engagea aussi dans un certain nombre de grands travaux, de La Mecque à Jérusalem, peut-être en s'inspirant du modèle des fondations caritatives créées par Zubaida, la femme du calife Haroun al-Rachid. Parmi ces premières fondations on trouve une mosquée, deux écoles coraniques, une fontaine et un hôpital pour femmes à côté du marché aux femmes esclaves d'Istanbul.

À sa mort le 18 avril 1558, Roxelane fut enterrée dans un mausolée décoré en tuiles d'Iznik décrivant le jardin du paradis, en hommage à sa nature joyeuse et souriante. Son mausolée est adjacent à celui de Soliman, une structure séparée et plus sombre située dans la mosquée Süleymaniye.

Roxelane, a aussi bien inspiré des peintures qu'une symphonie de Joseph Haydn, un opéra de Denys Sichynsky, un ballet, des pièces de théâtre, des romans, principalement en ukrainien, mais aussi en anglais, français ou allemand.

12 commentaires:

  1. Le premier mouvement - Allegro - de la 63e Symphonie - la Roxelane - du sieur Haydn :
    - http://www.youtube.com/watch?v=9kcuVfv2BYk

    RépondreSupprimer
  2. J'apprends plein de choses, merci!
    Elle se refusa trois jours...cela me fait penser à la grève du sexe au Kenya qui, paraît-il, apparut pour la première fois au Brésil: http://blogs.lexpress.fr/nomades-express/2009/05/07/greve_du_sexe_bresil_kenya_mem/
    Bonne semaine Euterpe.

    RépondreSupprimer
  3. Très beau portrait, et original en plus !
    merci.

    RépondreSupprimer
  4. La femme est le passé de l'homme d'état!;+)

    RépondreSupprimer
  5. Wow! Quel billet intéressant! (ce qui n'enlève absolument rien aux autres, là!)
    Ça donne envie d'en apprendre plus sur cette Roxelane. Merci! ;¬)

    RépondreSupprimer
  6. Carole Martinez vient d'obtenir le goncourt des lycéens avec :
    - "Du domaine des Murmures",
    un thème, une personnage qui auraient leur place sur votre blog.
    A savoir la réclusion volontaire et poussée à l'extrême. En 1187, Esclarmonde est âgée de 15 ans. Elle refuse un mariage préfabriqué. Pour y échapper, s'affirmer, sauver sa liberté, elle préfère s'offrir à Dieu. Esclarmonde choisit l'enfermement dans une cellule du château paternel. Sa seule ouverture sur le monde se limitera à une fenestrelle avec des barreaux...

    RépondreSupprimer
  7. A JEA : merci beaucoup pour les infos. Je vais aller écouter Haydn et voir ce goncourt féminin de ce pas (si je puis dire :)) Le thème est en effet très actuel dans le temps que j'évoque ici.

    A Colo : la grève du sexe, un grand classique ! Mais quand même : je trouve très fort de n'avoir eu besoin que de trois jours...

    A Artémise : et sans voile ! Mais que ce fut en orient ou en occident les femmes portaient toutes des couvre-chefs incroyables, je trouve.

    A lucrecia Bloggia : c'est vrai que voilà une vie hors du commun qui n'est pas sans me rappeler le livre "Djebel Amour" de Frison-Roche. Si j'en apprends plus au détour de mes recherches, promis, j'en reparle !

    RépondreSupprimer
  8. A jfs47 : et surtout son avenir ! :¬)

    RépondreSupprimer
  9. @Euterpe, peut-être que le mieux serait maintenant que la femme soit l'avenir de la femme ? ;+))

    RépondreSupprimer
  10. J'ignorais tout de Roxelane, merci Euterpe.

    RépondreSupprimer
  11. A jfs47 : tout à fait d'accord ! :)

    A Tania : tout le plaisir est pour moi et je suis ravie d'avoir revisibilisé une femme de plus !:)

    RépondreSupprimer
  12. quand fete t on les roxelane merci

    RépondreSupprimer